Témoignage d'Arnaud GUMILAR

Étudiant de BTSA Gestion Forestière, en stage au Canada.

Bonjour Arnaud… Peux-tu nous dire où es-tu exactement et avec quel organisme?

 

 

Je suis à Rapide-Danseur en Abitibi au Québec, Canada. Là-bas je suis hébergé dans une station de recherche au bord d'un lac en pleine forêt pour le compte d'un organisme en recherche forestière qui collabore avec de nombreuses universités. Cela me permet de rencontrer de nombreux chercheurs et étudiants, l'ambiance est géniale !


Qu'est-ce qui t'as poussé à faire ce stage à l'étranger et au Canada ?

 

Je dirais le défi. C'est toujours un défi de s'en aller à 6000 km de chez soi tout seul et aussi jeune ! J'avais la possibilité d'avoir une expérience professionnelle dans une autre culture, alors j'ai saisi l'opportunité.
 

Mais si j'ai choisi le Canada en terre d'accueil c'est parce qu'il est réputé pour sa foresterie ! C'est le premier exportateur de produit forestier au monde alors ça fait réfléchir ...

Raconte nous un peu ton stage, autrement dit ce que tu vis et ce que tu fais ?

 

Mon stage est un projet de recherche forestière. L'idée est de comprendre quelles espèces arrivent après un incendie et à quel moment. Pour cela, tout un dispositif de placettes permanentes est en place sur les berges d'un lac. Du coup, tous les matins, je fais du bateau à moteur pour me rendre sur mes sites de recherche. A côté de ça, j'aide énormément de chercheurs et d'étudiants en doctorat, car pour eux, l'été est synonyme de terrain. La saison étant courte, ils doivent se dépêcher de récolter leurs données  et tout aide est fortement apprécié : du coup on rigole bien !
 

Ainsi j'ai passé 80% de mon été sur le terrain en forêt en compagnie des moustiques qui ne m'ont pas épargnés... Ils sont tellement pires qu'en France mais là ça s'est calmé et on profite enfin du Québec en tee-shirt !
 

En quoi ce stage correspond-il à ta formation ?

 

Cette expérience correspond totalement à ma formation, je travaille à mieux comprendre la forêt pour optimiser les coupes de bois. C'est sûr qu'ici, le système forestier est différent du système français mais on y apprend les mêmes valeurs forestières : l'entraide, la motivation, le goût du terrain et le respect de notre nature !
 

As-tu rencontré des difficultés particulières lors de ce stage ? 

A aucun moment, je ne me suis senti dépassé par des évènements. Et cela pour deux raisons : déjà parce que la formation que l'on reçoit est quand même assez complète après 1 an en BTS et ensuite parce que les québécois sont vraiment des personnes altruistes. Si j'ai besoin d'aide, ils sont là sans problème !
 

Tu arrives bientôt à la fin de ce stage. Que t'auras-il apporté, personnellement et professionnellement ? 

 

Mon stage arrive à sa fin et professionnellement, ce stage m'a beaucoup apporté. J'ai été très motivé, ça s'est ressenti et on m'a donné de plus en plus de responsabilité. C'est la satisfaction du devoir accompli ! Personnellement, j'ai vécu tellement plus de chose que ce que j'imaginais : tout énumérer serait vraiment trop long mais c'est sûr que rencontrer un ours noir sauvage sur la route, ce n'est pas anodin...

 

Comment comptes-tu valoriser ce stage à l'avenir ?

Ce stage sera très facile à valoriser, d'une part parce que dire que j'ai fait de la foresterie au Canada ça en jette ! Ensuite un projet de recherche ça veut dire rigueur et sérieux. Puis l'autonomie qu'il faut faire preuve pour voyager seul sera, je pense, fortement apprécié. 

Conseillerais-tu à d'autres jeunes de partir à l'étranger et au Canada en particulier ? 

Pour terminer, je citerai tout simplement une grande phrase de Tony Wheeler, "Tout ce que vous avez à faire, c'est décider de partir. Et le plus dur est fait." 

 

 

Sylvestre VERNIER et Arnaud GUMILAR