Situation pédagogique pour les apprentis forêt

 

Rien de tel que des  mises en situation sur le terrain afin de permettre à tous les apprenants d’appliquer les techniques étudiées en salle sur le site de SEVRIER.

 

Le coordonnateur de la formation Christophe BEDOUIN s’appuie sur des contacts multiples au sein de la profession forestière et a impliqué les apprentis sur les 5 situations suivantes :

 

La première  situation   consiste à comprendre le débardage des bois  par une technique alternative au traditionnel tracteur forestier :

 

Pour cela nous avons observé  l’entreprise BRUNAUER  venant d’Allemagne munie d’un camion  avec un câble – mat (800 ml de porteur et d’une tête d’abattage de marque WOODY 60) qui débardait les bois dans le sens de la  longueur en grande longueur  afin de les découper en billons de 4 mètres. Ce matériel était situé en forêt  communale de Faverges.

 

 

La deuxième situation concerne l’étude de la sylviculture menée en  forêt communale  de Faverges  et le classement des sapins et épicéas   vendus en bois façonnés  :

 

A partir de l’étude du « Guide de sylviculture des montagnes », nous avons mené une recherche de la sylviculture  pour comprendre les enjeux de cette exploitation par câble.

 

Cette forêt est classée en forêt de « production de bois » inscrite à l’état d’assiette de l’aménagement de la forêt  où sont précisés les travaux comme les coupes sur une période de 20 ans. Celle – ci, composée de  sols frais et riches, se nomme une futaie à structure  irrégulière par bouquets d’arbres recherchée  de préférence, en privilégiant  les ouvertures en  s’appuyant sur des bois mûrs ou en faveur des semis acquis.

 

Dès que les bois sont sur la place de dépôt, le moteur s’arrête et les apprentis observent les singularités et / ou les altérations sur les grumes obtenues comme la décroissance ou la grosseur des nœuds. Une plaquette permet d’identifier chaque morceau obtenu et une lettre comprise entre C et D est inscrite sur un calepin concernant le sapin. L’ONF s’engage alors à remplir le «certificat de contrôle sur coupe» malgré quelques  contradictions avec le bûcheron.

 

Nous tenons à remercier l’ensemble des acteurs qui nous ont permis de réaliser ces activités pédagogiques.

 

 

Troisième situation : La  technique de plantation manuelle « au coup de pioche » sur terrains préparés :

 

L’exploitant Patrice de Lucinges,  qui nous accueillait,  est exigeant et demande un travail de qualité. Il a confectionné des andains de branches sur les terrains exploités et nous a demandé de reboiser en Epicéas communs à raison d’une densité de 3 mètres par 3 mètres soit 1100 plants par hectare.

 

La météo a été clémente et a permis l’installation de 800 plants dans une journée. Bravo à tous !

 

 

Quatrième  situation : L’apprentissage des techniques d’abattages de bois moyens secs,  l’affûtage des dents gouges et l’écorçage manuel :

 

Certains arbres exigent d’utiliser des techniques particulières en l’occurrence :

 

 

Ces bois ont séché sur pied à cause d‘un insecte, l’yps typographe. Après abattage des arbres avec un houppier vert, un écorçage manuel a été réalisé,  de façon à ne pas les  propager les insectes à l’extérieur de la parcelle.

 

Bravo à tous les acteurs concernés par cette opération dont le propriétaire privé et  les membres du CRPF !

 

 

Cinquième situation : Les gestes  techniques en vue de la conduite des engins forestiers en conditions réelles :

 

Un logiciel sur le site ISETA permet à tous les apprenants de découvrir les gestes à réaliser pour la conduite d’un engin forestier dit le porteur forestier. Ce logiciel permet de charger et décharger les bois dans un panier à l’aide d’une grue munie d’un grappin.

Tous les terminaux  bac pro « forêt » seront évalués au cours du mois de Mars 2016 sur une piste sécurisée au CFPPA du CHESNOY dans le LOIRET. Nous pourrons alors effectuer une réelle mise en situation.

Bravo à tous les formateurs qui prennent de leur temps pour expliquer au mieux les positions à tenir et aux apprenants pour les meilleures applications possibles !

Pour conclure, la pédagogie doit permettre de  faire partager notre savoir –faire et nous restons  à votre entière disposition pour réaliser ensemble les projets professionnels les plus ambitieux !

 

Photo et rédaction : Le coordonnateur de la formation bac  pro «  forêt » par la voie de l’apprentissage C. BEDOUIN

MAIL : christophebedouin@iseta.fr