Projet vélo-ski

Nous sommes partis ce mlundi 3 avril de notre lycée à 9h00 en vélo.

 

depart depart  

 

Nous étions désormais prêts et déterminés à aller jusqu’à Arêches Beaufort. Jusqu’à Ugine nous étions sur la piste cyclable. C’était très peu fatiguant et très agréable avec la vue sur le lac et les montagnes.

 

sur la route sur la route  

 

Avant de manger nous avons dû passer la première difficulté du jour, le Col de Césarches.

Après une pause casse-croute bien méritée au sommet du col et une descente plus reposante nous avons continué pour arriver à Beaufort, capitale de notre fromage préféré.

 

Tout le monde a réussi ensuite à arriver jusqu’à Arêches après 6km d’ascension assez raide. De là certains sont montés dans le mini bus et le reste du groupe a fini les 4km restant pour arriver au Chalet du Chornais.

La plupart sont arrivés à pied car la montée était très difficile. Après cette belle journée et après être arrivé nous avons déchargé le fourgon et avons réceptionné le matériel pour le ski de randonnée.

Nous avons ensuite pris notre douche, nous avons mangé. Nous avions quartier libre jusqu’à 21h30/22h.

 

en chemin en chemin  

 

Nous venons de faire 2 jours de formation ski de rando et prise de décision par rapport au risque d'avalanche ...

 

P1200773 P1200773  

 

Ce mardi, nous sommes partis à 8h30 au télésiège pour retrouver notre guide Greg. Nous sommes montés en ski de randonnée jusqu’à la table d’orientation. Durant toute la montée, nous avons pu apprendre les différents risques de la montagne et notamment sur l’activité ski de randonnée. Nous avons pu poser des questions sur les sujets abordés et non-compris. Nous avons notamment appris les 6 paramètres à surveiller pour connaître le risque d’avalanches qui sera plus ou moins élevé. L’inclinaison de la pente doit être supérieure à 30° pour qu’une avalanche se déclenche, dans le cas contraire, il ne peut pas y en avoir. Il faut aussi vérifier s’il y a eu des avalanches récemment et des surcharges nouvelles dues au vent, à la pluie ou à la neige fraiche. Ensuite, il faut regarder s’il y a la présence d’une couche fragile enfouie. Pour ça, un petit test assez simple existe : il faut enfoncer son bâton dans la neige, si ce dernier s’enfonce doucement puis d’un coup, c’est qu’il y a présence d’une couche fragile. Le 5ème critère est l’élévation de la température. Le dernier critère est le BRA (Bulletin du Risque d’Avalanche).

Après nous être restaurés, nous sommes montés jusqu’à l’arrivée du télésiège. Deux groupes se sont formés, certains ont fait du ski alpin et d’autres ont continué le ski de randonnée. Après quelques pistes, nous les avons rejoints en haut du Col de la Forclaz où nous avons pu observer un panorama des montagnes malgré le brouillard très présent. Nous avons parcouru encore quelques pistes tous ensemble avant de redescendre par télésiège. Nous aurions aimé pouvoir descendre en ski jusqu’au refuge mais le manque de neige nous en a empêchés.

Après le diner, le groupe s’est retrouvé dans la bibliothèque du centre afin de parler de la journée et de débriefer sur les points positifs et négatifs.

 

mardi1 mardi1  

 

Le mercredi 5 Avril, nous avons décidé de faire du ski alpin avant le ski de randonnée car la neige était plus dure. En raison du froid, nous n’avons finalement fait que quelques pistes. Après avoir mis les peaux de phoque, nous sommes montés jusqu’au Col de la Forclaz à partir de l’arrivée du téléski. La montée était un peu difficile pour certains mais nous sommes quand même tous arrivés en haut pour manger.

En début d’après-midi, nous avons fait du ski alpin puis nous avons appris à se servir d’un DVA en faisant des simulations d’enfouissement de victimes en avalanches. Cet exercice nous a permis de nous rendre compte de la difficulté à retrouver une victime sous la neige, même enfouie sous très peu de neige.

Pour rechercher une victime sous la neige, il faut en premier appeler les secours, ensuite mettre son DVA en mode recherche puis descendre sur le lieu de l’avalanche. Quand notre DVA nous indique qu’une victime est présente, il faut sortir la sonde pour pouvoir localiser son corps. Nous pouvons ensuite creuser grâce à la pelle.

Vers 18h15, nous sommes rentrés en ski et à pied à cause du manque de neige jusqu’au chalet.

Le soir après le repas, nous avons regardé le film de la 27eme édition de la Pierra Menta, une course internationale de ski alpinisme qui se déroule à Arêches-Beaufort.

 

mercredi2 mercredi2  

 

Après un petit déjeuner bien copieux, nous partons à 9h en minibus au télésiège du Grand Mont.

A la suite de deux remontées mécaniques, nous mettons les peaux de phoque et rejoignons le col de la Forclaz par un itinéraire balisé.

Durant la montée, nous avons traduit les cours théoriques en cours pratiques et nous nous sommes plongés dans les risques d’une avalanche. Après un dénivelé positif de 400 mètres, nous arrivons au col pour déjeuner et récupérer des efforts de la rando. En début d’après-midi, nous repartons pour un travail technique en ski alpin. Après quelques descentes, nous avons séparé le groupe en deux : un qui repart en ski de rando, l’autre qui continue sur les pistes. A 15 heures, nous nous rassemblons pour entamer un exercice de recherche de victime d’avalanches. Après 12 minutes de recherche multi-victimes et collective, nous avons trouvé les quatre sacs enterrés sous la neige contenant les DVA. Au retour, nous redescendons à la station en télésiège et rendons le matériel de location. Pour conclure cette journée, nous sommes allés à Beaufort pour faire des achats de spécialités du terroir.

 

jeudi2 jeudi2  

 

 

 

 

Merci aux jeunes pouer les textes / photos, aux enseignants et aux accompaganteurs!