Licence Professionnelle aquaculture

bientôt des stagiaires au bord du lac Baïkal ?

Dans le cadre de la coopération entre l’Université Savoie Mont Blanc et l’Université d’Etat d’Irkoutsk, un programme d’échange d’étudiants entre la faculté des sciences d’Irkoutsk et la Licence professionnelle aquaculture été signé au printemps 2014 lors du passage de la délégation sibérienne.

 

Mi-octobre c’était au tour de la délégation de l’Université Savoie Mont Blanc d’être reçue à Irkoutsk afin d’affiner le programme d’échange.

La faculté des sciences d’Irkoutsk est intéressée par la bonne maîtrise de l’aquaculture d’eau douce française. En effet la Russie veut améliorer son indépendance dans l’approvisionnement en poisson et la seule voie face à la raréfaction des ressources de la pêche est le développement de l’aquaculture. Des investisseurs sont intéressés mais il leur manque la main d’œuvre qualifiée. C’est ainsi que 2 à 3 étudiants russes devraient être accueillis chaque année en Savoie, dès lors qu’ils auront atteint un niveau de français suffisant. Par ailleurs cette faculté est titulaire de la chaire des ressources en eau de l’UNESCO avec son directeur Arkady Matveev.

 

Pour la licence professionnelle aquaculture, le lac Baïkal est un lieu de stage extrêmement intéressant pour les étudiants qui envisagent de s’orienter vers la gestion des populations halieutiques naturelles. En effet le lac Baïkal, classé au patrimoine mondial de l’humanité, représente 20% des réserves d’eau douce non gelée mondiales avec un volume de 23000Km3 pour une profondeur maximum de 1627m.Il est aussi célèbre pour sa faune et sa flore endémiques. Le célèbre institut de Limnologie du Baïkal, créé en 1928 et qui compte aujourd’hui 125 chercheur ourra accueil un à deux étudiants de la licence professionnelle aquaculture pour le stage de 3 à 6 mois. Ce sera une excellente expérience pour les jeunes qui envisagent une poursuite d’étude dans le domaine de la gestion des espaces naturels aquatiques. La barrière de la langue est réduite car beaucoup de chercheurs russes pratiquent l’anglais.

 

L’accueil de nos partenaires sibériens a été extrêmement chaleureux. Ils ont eu à cœur de nous faire partager leurs traditions culturelles et gastronomiques. Nul doute que nos stagiaires seront bien reçus !