Les forestiers s’intéressent à la biodiversité

 

Il n’y a pas qu’une forêt mais il y a autant de forêts qu’il peut y avoir d’arbres. Et avec cela, autant de façon de gérer ces forêts et autant de regards différents que doivent porter les forestiers sur ces espaces. Ici, ils devront les gérer pour produire du bois d’œuvre de qualité, là, parce que la chasse est une activité importante. Ici, encore, parce qu’il faut préserver la qualité d’une eau de source ; là encore, parce que ce sont des chutes de bloc qui menacent un village si la forêt est coupée. Et puis, parfois aussi, il faut gérer les forêts pour juste en préserver la biodiversité, cette multitude d’espèces qui sont autant d’insectes, d’oiseaux, d’invertébrés, de mammifères… Préserver la biodiversité forestière pour que demain, les forêts s’adaptent plus facilement au changement climatique. Préserver cette biodiversité pour sauvegarder des espèces en voie de disparition, pour maintenir des espèces qui demain, peut-être, seront utilisés comme source de médicaments ou autres… Là est aussi la tâche des forestiers.

 

Alors face à tout cela, le métier du forestier est divers et certains sont plus orientés vers quelques domaines que d’autres. Pour autant, dans la formation à la gestion forestière et au sein du BTSA Gestion Forestière Temps Plein, nous couvrons tous cette diversité, afin de tous présenter aux étudiants, afin de leur faire rencontrer un maximum d’acteurs, afin de leur permettre d’avoir une palette d’outils et de savoirs la plus large possible…

 

En décembre, c’est donc à la biodiversité que les deux classes de BTS (GF1 et GF2) se sont intéressés. Profitant d’un bus en commun, ils se sont rendus sur la commune de La Motte Servolex pour voir comment, concrètement, dans la gestion d’une forêt communale, on pouvait chercher à préserver la biodiversité forestière. Au programme donc de la journée, l’apprentissage d’un outil, l’indice de biodiversité potentiel, qui permet d’appréhender la capacité d’accueil d’une forêt en termes de biodiversité. Au programme aussi et pour les 2ème années, un exercice de martelage et des interrogations sur comment prélever des arbres en maintenant la biodiversité. Au programme également, des discussions, sur la nécessité de maintenir des arbres morts en forêt, sur ce que sont les micro-habitats forestiers, sur les questions de naturalité et d’ancienneté d’une forêt, sur les besoins de créer un réseau d’îlots de senescence dans une forêt… Au programme enfin, la rencontre de deux anciens élèves, Sylvain Ducruet et Vincent Reynaud, aujourd’hui, technicien sur ce secteur à l’Office National des Forêts et passés dire bonjour et expliquer leurs missions et leur quotidien.  

 

Une belle journée donc sur un thème qui est aujourd’hui une des missions du technicien forestier, preuve aussi que la forêt n’est pas qu’une histoire de bois mais que derrière ce terme de gestion forestière, se cache de multiples réalités parfois bien plus complexes.

 

Pour le BTSA Temps Plein, Sylvestre VERNIER