L'ISETA membre du Réseau Ecologique Forestier RA

 

Depuis 2012 et la réforme de ses statuts, l’ISETA est membre du conseil d’administration du Réseau Ecologique Forestier Rhône-Alpes. C’est là la preuve d’une reconnaissance technique d’un savoir-faire existant dans l’établissement mais c’est là aussi le résultat de plusieurs travaux de partenariat engagé avec cette association autour des problématiques de biodiversité forestière. D’abord avec Pierre Marigot sur les questions de l’arbre mort et plus tard avec Laurent Chantre sur les questions de naturalité des forêts, l’ISETA s’est toujours engagé sur cette question de la biodiversité forestière, partant du principe qu’il ne peut y avoir de gestion durable d’une forêt sans préservation de la biodiversité.

 

Le 30 novembre 2015 s’est justement tenu l’assemblée générale annuelle de l’association, assemblée à laquelle l’Iseta participait, par l’intermédiaire de Sylvestre Vernier. 

 

Après une première partie de journée formelle, assemblée générale oblige, la deuxième partie de la journée a concerné le douglas et les actions menées dans un secteur du Rhône lieu de la réunion (Lamure-Sur-Azergues) par différents organismes sur cette essence. Ainsi, la charte forestière de territoire a par exemple un objectif innovant en cherchant à réaliser un comparatif économique et environnemental d'une futaie de douglas selon l'âge final de la coupe. Ainsi, les acteurs font état d'une demande en douglas qui devra passer de 10% du sciage actuellement en France à environ 30% d'ici 2035-2040. Ainsi, les deux visites de terrain en forêt départementale de Brou et en forêt privée ont montré l'intérêt de l'irrégularisation des peuplements même si la question de la biodiversité sur des peuplements qui restent monospécifiques n'est pas si simple à trancher (seul l'étagement de la végétation étant plus favorable à la biodiversité). De même, ces visites ont montrés l'attachement des propriétaires dans le secteur, qu'ils soient publics ou privés, au rôle économique de la forêt et à sa rentabilité mais les conciliations possibles avec une meilleure prise en compte de la biodiversité (maintien d’un plus grand mélange d’essence par exemple).

 

Enfin, la troisième partie de la journée a été consacrée à la visite d'une petite scierie familiale (trois personnes, le père, la mère, le fils), illustrant à la fois l'importance d'un outil de transformation local dans la vie d'une filière douglas et pour la gestion des forêts mais illustrant aussi toutes les difficultés de ces petites unités qui souffrent de la forte concurrence d'unités plus grandes.

 

Au final, cette journée a encore une fois montré l’implication de l’Iseta dans l’animation du territoire Rhône-Alpin, son attachement à toutes les fonctions de la forêt et à une gestion sylvicole respectueuse de l’environnement. Mais cette journée a aussi permis de voir et revoir de nombreux acteurs de la forêt Rhône-Alpine (ONF, CRPF, Frapna, Expert Forestier, LPO, Parcs régionaux…) avec qui l'école travaille depuis longtemps et qui constitue encore aujourd’hui un réseau de maîtres de stage ou de pourvoyeurs d’emplois si intéressant.

 

Quant aux riches échanges et discussions tout au long de la journée, elles auront permis de montrer les conciliations possibles entre une vision écologique et une vision plus productive de la forêt.

 

Pour la filière forêt, Sylvestre Vernier

 

Et pour plus d’infos, www.refora.online.fr