A la découverte de l’agriculture vietnamienne

pour les BTS ACSE

Jeudi 21 Mai 2015 à 5h 30 du matin, le thermomètre inscrivant 15 °C, les BTS ACSE 1ère année sont réunis au grand complet sur le parking de l’ISETA à destination de l’aéroport de Lyon Saint Exupéry où les attend un avion en partance pour une destination de rêve : le Vietnam.

Après une petite escale à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris et 12 heures de vol, ils atterrissent,  accompagnés de 2 de leurs professeurs, Laurence DURET et Magali PRADAL à Ho Chi Minh Ville et sont immédiatement terrassés par une température de 35°C et une humidité de l’air de 70% : c’est le choc et le dépaysement total ! 

 

Commence alors la découverte de ce merveilleux pays depuis la ville de Ho Chi Minh, au Sud, jusqu’à Hanoi, sa capitale, au Nord, en passant par Danang, au CenEn bateau sur les bras du Mekong En bateau sur les bras du Mekong  tre du pays.

Nous passons de surprise en surprise allant des joies de la conduite vietnamienne, qui mélange à souhait chance, dextérité et insouciance à la vénération de la climatisation omniprésente qui nous permet d’apprécier à leur juste valeur les paysages magnifiques qui défilent sous nos yeux au travers des villes et des campagnes … tandis que le bus avale des kilomètres sur des routes chaotiques en raison de travaux titanesques. Nous sommes ainsi les témoins directs, sans le vouloir, de la modernisation galopante du réseau routier vietnamien !

 

Les pieds des ACSE vont fouler tous les sites les plus mythiques et les plus prestigieux du Vietnam sans aucune exception comme Ho Chi Minh Ville, Danang, Hué, la baie d’Halong ou Hanoi …

Le dépaysement est complet et pendant 10 jours nous nous immergeons totalement dans la culture vietnamienne, nous mangeons local avec les légumes exotiques, les nems, les viandes et poissons vietnamiens en accompagnement du riz  à tous les repas. Plus de fourchettes mais des baguettes dont l’utilisation a nécessité un certain « apprentissage » rapide et efficace pour certains mais plus problématique pour d’autres…

 

Jamais visites techniques en plein air n’avait provoqué un « stress hydrique » aussi important chez ces étudiants pourtant aguerris aux travaux des champs ! Ruisselant de sueur et absorbant instinctivement plusieurs litres d’eau par jour, ils écoutent attentivement les commentaires de Phong, notre guide vietnamien.

A 4 reprises durant le séjour, ils ont participé eux-mêmes sous une chaleur accablante aux activités proposées en pédalant au travers les chemins de campagne, pagayant sur les méandres d’une rivière, récoltant le riz dans une rizière ou repiquant des plants maraichers dans les jardins potagers de Tra Que. Ils se sont même initiés à la cuisine vietnamienne en confectionnant chacun leurs crêpes sous l’égide d’un chef cuisinier local !

 

la vidange manuelle de l'eau des rizieres la vidange manuelle de l'eau des rizieres  Les visites techniques ont été des plus variées grâce à la diversité et à l’exotisme des productions agricoles du Vietnam: le riz évidemment mais aussi le manioc, la patate douce, l’arachide, les liserons d’eau sans oublier bien sûr le thé, la liste n’étant pas exhaustive. Mais c’est surtout en déambulant dans les marchés locaux à la recherche de « l’authentique » que nous avons pu réellement apprécier la richesse des productions agricoles de ce pays au travers de la vente directe des petits paysans exposant chacun leur production sur de simples étals en bois où se côtoient poulets, canards, morceaux de porcs ou divers types de poissons sans que cela ne semble poser de problèmes particuliers concernant les températures d’exposition et de stockage … à mille lieux de nos normes européennes que nous trouvons subitement si strictes !

 

Mais le dépaysement passa aussi par la découverte de l’élevage extensif de buffles ou de canards asiatiques en semi-liberté que nous avons eu tout loisir d’observer dans les rizières sachant que les autres productions animales telles que les bovins viande et autres volailles, porcins ou poissons restent relativement réduites et même pratiquement inexistante pour les productions laitières puisque le peu de lait consommé par la population locale est d’origine végétale avec le « lait de soja ».

 

Par contre nous avons pu découvrir des productions beaucoup plus spécifiques et pratiquement inconnues pour nous comme l’élevage de vers à soie et le travail de la soie avec le tissage et la confection de vêtements ou de tableaux, l’élevage des huitres perlières avec le travail de la nacre et la fabrication des perles de culture, le travail de la laque avec la création de tableaux laqués, la fabrication de bâtons d’encens mais aussi des authentiques chapeaux vietnamiens. Toutes ces productions sont des productions artisanales locales et typiques de la culture asiatique, témoignage d’un niveau de minutie et de dextérité inégalable !

 

Le groupe devant les marches d'un temple Le groupe devant les marches d'un temple  Pour compléter ces visites techniques, des visites culturelles et touristiques étaient évidemment aussi au programme de ce voyage avec la visite de pagodes et de temples bouddhistes et caodaïstes sans oublier évidemment la visite de lieux historiques comme t la visite de la cité impériale de Hué ou la traversée à pieds de l’ancien pont situé sur le 17ème parallèle correspondant à la frontière qui partageait jusqu’en 1975 le Vietnam du Nord du Vietnam du Sud.

 

Enfin, dans un pays où terre et eau se confondent, une promenade en jonque sur le delta du Mékong et sur la rivière des parfums s’inscrivaient également comme une évidence, tout comme d’ailleurs la découverte d’un quartier de la ville de Hué en cyclo pousse ou même une baignade sur la plage de Hoi An en Mer de Chine méridionale dans une eau à 38°C à la tombée de la nuit car … il aurait été dommage de se priver d’une telle opportunité!

 

Ce voyage nous a permis de découvrir un pays asiatique en pleine expansion, avec un taux de croissance de 6% par an, où l’agriculture qui occupe à elle seule près de 60% de la population active est également en pleine mutation avec l’arrivée progressive … et parfois malgré elle, d’un début de mécanisation.

 

Les mots qui sont revenus le plus souvent à notre retour ont été : un voyage dépaysant, vivifiant, époustouflant et une expérience exceptionnelle et inoubliable.

En résumé un « merveilleux voyage » !

 

 

Les BTS ACSE première année