Damien Deville, IER

10348797_10155636343165317_5160508694094938908_o 10348797_10155636343165317_5160508694094938908_o  

J’aime penser que la vie est un grand voyage et dans cette aventure passionnante chaque voyageur à son truc ! Arthur Rimbaud choisissait les alexandrins et les rimes pour nous conter la vie africaine alors que Jules Verne nous emmenait dans les tréfonds d’un monde merveilleux qu’il aimait penser comme étant le « centre de la terre ». Stevenson, lui, a choisi comme compagnon de route une ânesse quand il a décidé de traverser les Cévennes en solitaire qu’il caractérisera par la suite comme une région « bohème, raffinée et pacifiée », préface, diront certains, aux futurs questions écologiques qui caractériseront  bientôt le monde de demain.

Pour ma part j’aime penser que mon voyage prend la forme d’un engagement citoyen dans le partage et la diffusion des valeurs qui me tiennent à cœur.

 

Passionné d’environnement depuis très jeune, j’ai orienté mon parcours scolaire le plus tôt que possible vers ce genre d’enseignement. C’est donc dés la seconde que j’ai rejoint le lycée Agricole de Saint Germain en Layes où j’y ai préparé un bac STAV. Après une année de classe préparatoire scientifique j’ai rejoint l’ESE IER (École Supérieure Européenne, Ingénierie de l’espace rurale) afin de m’intéresser à des enjeux croisés et interdisciplinaires dans la gestion durable des territoires.  J’ai continué dans cette voie lors de mes deux années de master à l’AgroParisTech. Aujourd’hui spécialisé en politique de l’environnement, Agroécologie et développement territorial, je souhaiterais continuer à court terme sur une thèse en recherche et développement afin d’être un véritable acteur dans l’émergence de projet innovant en gouvernance territoriale dans les liens indissociables qui existent entre zones urbaines et zones rurales.

COM_colloque-institut-de-france-environnement-rC#s COM_colloque-institut-de-france-environnement-rC#s  

 

Mais ma passion de l’environnement se traduit également par une dimension vécue. Grand lecteur d’économie, de philosophie et de romance le tout soupoudré par un caractère de rêveur et par une forte envie d’évasion, je pioche des choses « un petit peu de partout » afin de forger ma propre conception du vivre ensemble. De ce fait dés ma première année de master, j’ai intégré certains réseaux politiques parisiens afin de m’intéresser d’un peu plus près à la diffusion d’idées et de valeurs qui me semblent aller dans l’intérêt collectif. 

Cette année,  j’ai eu la chance d’être élu premier représentant des résidents de la Cité Internationale Universitaire de Paris (CIUP) afin de pouvoir porter un projet collectif et diffuser des valeurs dans ce cadre.

 

11046790_10152956181346213_4617878071262789241_o 11046790_10152956181346213_4617878071262789241_o  

Par sa mixité culturelle et éducative, la CIUP est pour moi un lieu de mise en commun de différences d’appropriation et de perception d’une même « société ». Il devient alors très intéressant de confronter les résidents à ces différences de visions pour renforcer l’échange, l’apprentissage et le rapprochement entre les peuples. Nous avons donc essayé avec l’assemblée générale des résidents de porter des projets de la sorte. Ainsi un projet de jardin collectif a émergé à la CIUP. Au delà de l’espace de partage et de rencontre que ce dernier procure, il permet aux résidents de pratiquer une activité manuelle à plus value environnementale car je suis persuadé que la formation à une nouvelle citoyenneté passera forcément par de fortes relations entre ce que l’on pense et ce que l’ont fait de ces mains. Bien que l’idée de départ fût pour le moins utopique, le jardin collectif de la CIUP est depuis 5 mois sorti de terre et de belles dynamiques y sont à l’œuvre.

Ce projet, réussi grâce à l’aide de nombreux résidents, prouve que lorsque l’on croit vraiment à quelque chose, les utopies d’un jour deviennent les réalités du lendemain.  

 

Nous avons également travaillé en étroite collaboration avec certaines associations telles qu’Amnesty internationale ou le  REFEDD (réseau des étudiants pour le développement durable) afin de porter des journées pédagogiques de débat, de rencontre, et d’échange sur des problématiques environnementales et sociales. Nous avons également participé à un colloque scientifique intitulé « l’environnement et ses métamorphoses » en partenariat de l’institut de France qui nous a permis de nous questionner sur les dynamiques qui lient aujourd’hui citoyenneté et environnement dans une nécessaire mixité d’approche entre engagement personnel et travail collectif.

 

De manière générale, initier des démarches pour les 12 000 résidents de la Cité Internationale tout au long de l’année a été une expérience incroyable d’élévation intellectuelle et spirituelle. C’est un plaisir de travailler et de s’engager au quotidien dans l’intérêt collectif.


COM_colloque-institut-de-france-environnement-rC#s COM_colloque-institut-de-france-environnement-rC#s  

Aujourd’hui même si cette mission a pris fin, mon voyage continue. L’année prochaine je vais préparer un deuxième master 2 à dominante économique à l’Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines en parallèle de préparer un sujet de thèse pour les années à venir. J’ai également été missionné par l’association REFEDD pour représenter les étudiants en environnement et développement durable lors de différences instances politiques et associatives  qui auront lieu toute l’année 2015 - 2016.

 

Je serais notamment mobilisé lors de la COP21 ayant lieu cette fin d’année à Paris. Enfin cette année « d’entre deux » sera également l’occasion de continuer mon engagement à la Cité Internationale Universitaire de Paris.