Chantier Tourbière des Broues

 

Lundi 03 octobre 2016, les étudiants du BTS Gestion et protection de la Nature de l’ISETA, ont été accueillis sur la commune de Divonne-les-Bains (Ain) par  Benjamin Dutreige du Conservatoire d’Espaces Naturels (CEN) Rhône-Alpes. Le site de travail : la tourbière des Broues : classée Espace Naturel Sensible du département de l’Ain, Site Natura 2000 et Zone Naturelle d’Intérêt Ecologique Faunistique et Floristique (Type 1), elle recèle de nombreuses espèces végétales et animales à fort enjeu de conservation.

 

Les 28 jeunes de la promotion 2016 ont effectué un travail de fauche de prairies à molinie sur argile et de bas marais à choin noirâtre. L’objectif couper la molinie et le choin noirâtre afin de les exporter en lisière du site. En effet, ces deux végétaux élaborent annuellement une grande quantité de biomasse qui s’accumule empêchant l’expression de plusieurs végétaux à très fort enjeux de conservation : c’est le cas du Liparis de Loesel (Liparis loeselii, orchidée protégée en France, inscrite à la Directive Habitats-Faune-Flore, bénéficiant d’un plan national d’action) ou encore de la gentiane pneumonanthe (Gentiana pneumonanthe, Espèce protégée en région Rhône-Alpes). Cette dernière ainsi que la grande pimprenelle (Sanguisorba officinalis), sont également les plantes hôtes  de deux papillons,  des maculinéas (Maculinea nausithus inscrit en  Liste rouge des rhopalocères de France métropolitaine (2012) : VU, également protégé en France, inscrit à la directive habitats-Faune-Flore et en annexe II de la convention de Berne, mais aussi Maculinea teleius inscrit à la liste rouge européenne de l’UICN :VU, inscrit à la liste rouge des rhopalocères de France métropolitaine (2012) : VU, protégé en France, inscrit à la directive habitats-Faune-Flore et en annexe II de la convention de Berne). Les étudiants ont ouverts deux bandes de 20m le large chacune pour une surface totale d’à peu près 2000m2 dans le cadre d’une gestion tournante par bandes sur 4 ans.

 

Au programme également, de l’écorçage de ligneux dont l’envahissement pose les mêmes problèmes d’accès à la lumière pour les espèces herbacées.

Bravo à nos jeunes en raison de la pénibilité du travail (ils savent bien ce qu’est un touradon  et un bas marais alcalin à choin noirâtre!!) et la qualité de la finition dans le travail demandé (exportation maximale de biomasse végétale).

Grand merci à Benjamin Dutreige pour les précieuses connaissances transmises lors de cette journée pour sa disponibilité, et l’accueil sur le site,  ainsi qu’à Thierry Friedrich dont l’organisation et la qualité de l’encadrement nous permis d’atteindre les objectifs fixés.

 

Souhaitons maintenant que les suivis à venir du CEN Rhône-Alpes montreront, comme ceux des années précédentes, l’efficacité du travail pour les espèces ciblées.